"Notre travail consiste à parler a l'imaginaire des gens" – Rémy de Moras « Notre travail consiste à parler a l’imaginaire des gens » – Rémy de Moras

A l’occasion de sa venue sur Montpellier, nous avons interviewé Rémy De Moras, sound designer professionnel. Il a été récompensé au Festival Abyss pour la meilleure musique de court-métrage en 2013, et a mis en place le design sonore scénographique pour le nouvel espace dédié à l’Afrique du Sud, à l’Aquarium Mare Nostrum.

Rémy de Moras nous présente ce métier qui a beaucoup évolué, notamment d’un point de vue technologique. Lorsque l’on est sound designer, il faut « mettre en espace sonore des images ». « On crée des sons qui n’existent pas, comme le bruit d’un poisson qui nage » explique-t-il. C’est un métier de passionné, qui demande beaucoup de créativité, de curiosité et de patience.

Le métier de sound designer illustré

Pour illustrer sa présentation, Rémy de Moras a pris l’exemple du film Océan, réalisé par Jacques Perrin et Jacques Cluzaud. L’extrait « Sardines run » (vidéo ci-dessous), aura nécessité un mois de travail pour deux personnes… seulement pour 4 min de film !

Dans ce métier, le réalisateur donne les caractéristiques du son qu’il souhaite obtenir… et le sound designer le crée. L’objectif de cette séquence était de suggérer ce qui se passe sous l’eau. La problématique est qu’il faut amplifier l’émotion que le réalisateur souhaite transmettre à travers ses images.

Regardez la vidéo sans le son : voilà de quoi part le sound designer ! Puis, regardez-là à nouveau avec le son et imaginez le travail que cela a nécessité. Entre autre, vous avez ici des sons pris sous l’eau, de véritables sons de bombes (quand les mouettes plongent)… Le tout pour avoir des sons réels, mixés avec des sons d’orchestre et des voix humaines intégrées de façon progressive. L’objectif étant que le spectateur oublie l’espace sonore et ne perçoive plus que l’image et le son comme un tout. Ici, chaque son a été fait sur mesure pour chaque plongeon !

Résultat, le spectateur est totalement immergé dans le son (il est cerné, comme les sardines par les prédateurs) qui viennent de tous les côtés.

Un métier de créatifs

« Notre métier consiste à utiliser des sons qui n’ont parfois rien à voir avec l’image, pour créer quelque chose de concret. Par exemple, de la semoule pour donner vie à un Bernard Lhermitte creusant le sable sous l’eau…

Les trois qualités pour devenir sound designer selon Rémy de Moras :

  • L’humilité (il faut toujours considérer qu’on ne sait rien pour pouvoir s’améliorer)
  • Etre réaliste (connaître ses capacités de travail)
  • Capacité à travailler beaucoup

Pour être sound designer cependant, la créativité ne suffira pas. Il faut maîtriser à la fois les outils informatiques, être bon en musique et bien sûr, être imaginatif !